↑ Revenir à Tongs très spéciales

A replier

Une bonne lecture pour vous parler des tongs en replier, c’est l’article paru dans 20 Minutes, que nous avions publié :

« J’ai testé les tongs en kit« 

Pour notre part, nous avions été contacté par la société créatrice des « Tongas », des tongs à replier en matériaux recyclés, légèrement aromatisées. Après quelques heures, notre verdict était le même que le journaliste : des tongs relativement lourdes, peu confortables (texture, semelle, lannières…), et pas si compactes que ça comparées à leurs homologues plus classiques. Bref, des tongs « spéciales » qu’on ne mettra pas tous les jours !

 

[Edit] une personne ayant testé les « Claketts » a pris le temps de commenter cette page, il nous semble équitable de publier son retour d’expérience, dont le verdict est à l’opposé de celui de l’article et du notre. A vous de juger !

Je porte des Claketts 365 jours par an depuis plus de 4 ans, maintenant. à l’intérieur comme à l’extérieur. Je ne suis pas du tout d’accord avec l’article et le test. Pour les avoir mises à plat dans ma valise, je peux dire que c’est pratique mais ce n’est pas leur seul argument.
En effet, la première fois, j’ai eu un peu mal aux pieds, mais pour voir, j’ai racheté de « vraies » tongs, il y a peu. Je n’ai pas insisté et je suis revenu à mes claketts. J’ai eu mal aux pieds, certes, mais 5 minutes. Elles doivent s’assouplir un peu, comme une bonne vieille chaussure de ville pour homme. Ensuite, une fois qu’on s’y est fait, ce qui est très rapide, on apprécie tout : la semelle antidérapante, la légèreté des lanières, le fait de ne jamais, je dis bien jamais,(contrairement aux tongs conventionnelles) jamais avoir eu mal entre le gros orteil et son voisin.
Autre bonheur, on n’a jamais le pied bien moite qui glisse dans la tong (et qui justement produit cet effet désastreux entre les orteils).

Enfin, il est loin le temps où la petite rondelle qui tient la lanière sous la semelle traversait la semelle. Ici, point de rondelle, la bête est monobloc.

Bref, je la kiffe cette Clakett’ et je ne suis pas prêt de la quitter.